My dirty Stan Smith

My dirty Stan Smith

Vous trouvez ce choix surprenant, voire même franchement déplacé? Alors je ne peux rien faire pour vous... passez votre chemin...

Sinon pour ceux qui sont restés et au risque de passer pour un grand fétichiste, je dois avouer une chose, j'adore les baskets blanches... lorsqu'elles ne le sont plus tout à fait...
Ce goût, peut-être particulier, vient certainement du fait que je n'ai jamais compris comment on pouvait maintenir la chose en état immaculé au delà de la première utilisation. Enfin si, à moins de se balader en permanence avec une éponge sur soi, genre de réflexe très éloigné de mes préoccupation quotidiennes !
Mais le cheminement psychologique fut long.
Car avant d'en arriver à clamer haut et fort mon amour pour le "dirty white", je suis passé, comme vous certainement, par de nombreuses étapes, allant du déni profond : "non je ne porterai jamais de ma vie entière des baskets blanches", en passant par "tant pis j'achèterai 10 paires du même modèle, comme ça on n'y verra que du feu !", ou encore "tu crois que si je les repeignais avec du typex ça changerait quelque chose ?".
Tout ça pour en arriver tristement à la même et éternelle conclusion : je ne suis pas soigneux et je ne le serai jamais, oublions donc l'affaire.
C'est là qu'intervient le problème du jour où vous vous dites "putain mes Stan Smith iraient carrément bien avec mon look aujourd'hui"... carrément bien sauf qu'elles sont hyper crades... Que faire ? Ben on essaie en cachette chez soi et finalement on se dit que ce n'est pas si grave...
Allez on tente le coup, mais juste pour aller chercher le pain, ok !
Mais bon, ça c'est le truc à ne jamais faire parce qu'en général c'est le jour où, comme par hasard, Jacques Shu a décidé lui aussi d'aller acheter son pain au même moment, dans la même boulangerie.
Fashion drama, amplifié par le fait que vous vous contorsionnez ridiculement pour que Jacques ne se rende pas compte du drame qui est en train de se nouer sous ses yeux, chose qui bien évidemment ne fait qu'attirer son attention...
Ceci n'est qu'une fiction, mais je vous jure qu'en vrai ça se passe toujours comme ça ! Sauf qu'au final vous vous dites que si vous aviez assumé le truc avec le plus grand des naturels, ça serait passé comme une lettre à la poste...
C'est comme ça que j'ai décidé que désormais : à moi les vieilles baskets blanches et malheur à celui qui s'amuserait à m'en faire la remarque.
Moralité de l'histoire, il m'est même arrivé qu'on me dise sur le ton de la confidence : "j'adore tes baskets, moi aussi je les trouve plus belles pas franchement nickel" => J.U.B.I.L.A.T.I.O.N.

 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Ajouter un commentaire

Nom*
Email*
Email*
Site internet ou blog
*Champs obligatoires


Caractères restants : 1000